La tradition du mauvais oeil chez les Vikings

Sigurd oeil de serpent

Les Vikings étaient un peuple de pirates scandinaves dont l'âge d’or se situe entre le VIIIe et XIe siècle. Ils sont principalement connus pour être d'illustres guerriers, féroces et uniques, et représentants d’une culture forte.

Ils se sont notamment rendus célèbres grâce à leurs pillages et à leurs nombreux combats à travers l’Europe, saccageant les monastères et pillant les villes européennes en ne laissant derrière eux que du sang et des flammes.

Qui étaient vraiment les Vikings ?

Ils ont pendant longtemps eu l’image d’un peuple de pillards brutaux, assoiffés de combats et de richesse. Mais on omet souvent de préciser qu’ils furent aussi de grands marins, de courageux explorateurs et de fabuleux marchands.

En effet, Les Vikings étaient avant tout un peuple d’explorateurs curieux à qui l’on doit nombreuses découvertes en Europe.

Ils furent par exemple les premiers à découvrir l'Amérique ainsi que l’un des premiers peuples importateurs de soie en Europe du nord. Ils voyagèrent à travers le monde et commercèrent avec les différents empires d'Europe centrale, de méditerranée, d’Afrique et même d’Asie.

Ce fut l’un des derniers peuples européens païens ayant résisté à l’influence du christianisme et ayant continué d'adorer certaines divinités nordiques, telles que Thor ou Odin.

Ils restèrent pendant longtemps polythéistes et développèrent plusieurs superstitions à travers les âges ainsi que plusieurs talismans de protection, généralement sous forme de Rune pour se protéger du mal ou de la malchance.

Par exemple Elhaz, la plus grande des runes de protection. Elle amène des événements qui affectent positivement la vie d’une personne qui s'adresse à elle.

Aegishjalmer

Ou "Aegishjalmer" qui signifie "Heaume de la crainte", portée entre les deux yeux cette rune conférerait l'invincibilité dans les combats tout en inspirant la crainte chez l'ennemi.

Cependant, malgré tous ses talismans runiques, on trouve à partir de 850 après J.C. chez les Vikings, les premières traces de la tradition du mauvais œil, avec un talisman porte-bonheur viking qui n'était pas sous forme de Rhune.

Cette nouvelle superstition se traduisait généralement sous forme de bijoux, comme des bagues ou des pendentifs, ornés d’un œil bleu pour se protéger de la malchance.

Qu’est-ce que la légende du mauvais oeil ?

Tout d’abord il est important de rappeler quelle est cette tradition.

La légende de l’oeil bleu grec ou du mauvais œil turc fait état d'une malédiction jetée par le regard malveillant d'une personne à une autre sans que la personne visée s'en aperçoive, ce qui provoquerait malheur, malchance et désolation sur la personne touchée.

Dans diverses cultures, le mauvais œil est une malédiction causée par un regard médisant ou envieux, souvent lancé à une personne inconsciente du mal qui lui est souhaité.

Recevoir le mauvais œil causerait malheur et blessures pour certaines cultures, tandis que dans d’autres elle était plutôt considérée comme une sorte de force mystique projetant le mal sur les innocents.

Même si le concept et la signification du mauvais œil changent d'une culture à l'autre, devant la potentielle menace de cette force, de nombreuses cultures ont pris des mesures pour s’en protéger, souvent sous forme de talisman.

Ce mythe est important principalement dans les régions méditerranéennes et celles d’Asie occidentale.

Il existe un talisman très connu dans toute la Méditerranée pour repousser cette malédiction, le “Nazar Boncuk” ou “œil bleu” que l’on trouvait aussi chez les Vikings.

Il permettrait de repousser les mauvais sorts, le mal, et ainsi de protéger les personnes et leurs biens.

Ce talisman ressemble à un disque en forme de goutte renfermant 4 cercles concentriques allant du bleu foncé jusqu’au noir en passant par du blanc et du bleu clair.

Le mauvais oeil

Ce symbole peut se trouver suspendu au-dessus des portes d'entrée, sur les murs des maisons ou en tant que bijoux (la forme de la bague œil bleu, du collier œil bleu ou du pendentif œil bleu est très répandus).

Si un œil bleu se brise, c'est qu'il a joué son rôle, il a « repoussé le mal »; il faut alors le remplacer par un nouveau. Cette superstition est également très présente dans l’Islam et le judaïsme.

L'empire arabe musulman était très sensible à cette tradition et commerçait régulièrement avec les Vikings. Dans la culture juive, cette tradition est appelée la main de Miriam tandis que dans la culture musulmane elle est nommée la main de Fatima.

Bien que décrite comme pure superstition par certains musulmans, c'est presque exclusivement chez les musulmans du Proche-Orient et de la Méditerranée que la croyance des regards envieux contenant un pouvoir destructeur est pratiquée.

Quelle est l’origine de cette amulette ?

L'amulette Nazar Boncuk fait avant tout partie intégrante de la culture populaire turque.

Dans un premier temps, la perle en elle-même servant à donner sa forme de “goutte” à l’amulette est originaire de la Méditerranée et est associée au développement de la fabrication du verre.

On trouve les premières traces de ces perles dans des documents datant du XVIe siècle av. J.-C. Les perles de verre ont été surtout fabriquées et utilisées dans le monde antique dans toute la région du bassin méditerranéen.

Le Nazar Boncuk n'a été officialisé comme talisman contre le mauvais œil sous sa forme actuelle que durant le déclin du Premier Empire ottoman sunnite.

Ce sont les artisans verriers arabes installés dans la ville d'Izmir en Turquie actuelle, qui virent l'art de la verrerie perdre de sa popularité à Anatolie, ils décidèrent alors de combiner la légende du mauvais œil avec un talisman de verre en forme d’oeil pour revitaliser leurs arts.

Ce fut un succès et cette amulette rentra peu à peu dans les mœurs et la culture des pays du bassin méditerranéen.

Comment cette tradition lointaine a pu voyager jusqu'aux lointaines contrées vikings ?

Tout porte à croire que les Vikings ont connu cette tradition lors de leurs premiers contacts avec les habitants de Méditerranée en 844, lorsque pour la première fois, une flottille viking accosta en Ibérie.

Ils commencèrent par longer les côtes de la Galice (du Portugal actuel jusqu’au sud de l'Espagne).

Les Vikings remontèrent ensuite le fleuve Guadalquivir en territoire maure musulman, à l'époque très imprégnée par le culte du mauvais œil.

Ils atteignirent ensuite Séville qu'ils pillèrent, et on pense que c'est lors de leurs premières rafles d'esclaves qu’ils importèrent la croyance du mauvais œil en Scandinavie.

Les Vikings furent ensuite successivement repoussés par l'armée maure lors de la bataille de Tablada à proximité de la ville de Séville.

Beaucoup de viking y furent gardés prisonniers et certains pensent que c'est lors de leur remise en liberté quelques années plus tard, en échange d’une importante cargaison d’or acquise par leur chef d'expédition Björn cotte de fer lors de leur raid dans le nord du Maroc, qu’ils emportèrent avec eux une partie des mœurs et des traditions de leurs tortionnaires, dont l’usage de la langue arabe et certaines amulettes oeil bleu.

“En effet, Björn Côtes-de-Fer a véritablement existé et était véritablement un chef viking nordique. Il était le légendaire roi de Suède, la série viking s’en est largement inspirée pour son scénario. Selon l'histoire scandinave du XIIe et XIIIe siècle, il était le fils du célèbre roi viking Ragnar Lodbrok. Il a vécu au IXe siècle et a été le premier souverain de la dynastie suédoise des Munsö.”

Cependant, bien que les premiers contacts furent établis avec les Méditerranéens, ce ne fut pas encore suffisant pour établir le culte du mauvais œil dans l’actuelle Suède et Norvège.

C’est bien plus tard, lors de l’initiative de l’un des derniers grands raids offensifs sur la Méditerranée de 859 à 861, que la croyance du mauvais œil s’installa durablement.

Ils décidèrent de passer par le détroit de Gibraltar, pour attaquer le port de Luni près de Pise qui subissait déjà l’influence turque et grecque.

C’est en rapportant plusieurs talismans et bijoux œil bleu de leur expédition que la tradition s'installa peu à peu dans le nord. Malgré de premiers contacts violents, les Arabes et les Vikings envoyèrent des diplomates dans les deux camps afin de créer un avenir de paix plus propice au commerce.

Un souverain viking nommé Turgeis aurait même fait route depuis l'Irlande pour rencontrer l'émir de Cordoue Abd Al Rahman II.

Ce serait seulement à partir de ce moment que la tradition fut vraiment transmise.

En temps de paix, les deux peuples étaient plus enclins à la communication et on parle alors de réels échanges de croyance avec des traces écrites et d’un véritable commerce créé autour des prétendues vertus des talismans Nazar Boncuk et des bijoux oeil bleu.

Le grand réchauffement climatique du Xème siècle aurait amplifié les raids commerciaux vikings. Il aurait entraîné la croissance des productions agricoles et, par conséquent, des échanges commerciaux à travers le monde.

Quelques Vikings continuèrent les pillages jusqu'à la mer noire et Constantinople. Ils mirent en place d'importants liens commerciaux avec l'Empire byzantin.

Collier œil turc

En effet, cette région était l’une des plus croyantes du “mauvais œil” et on peut aisément imaginer que cette tradition fut d’autant plus popularisée grâce aux échanges commerciaux de “troque” très en vigueur à l'époque, propice à l'échange d’objets magiques ou aux vertus surnaturelles.

Quelles amulettes traditionnelles importaient les Vikings en méditerranée ?

L'un des symboles nordiques les plus puissants demeure aujourd'hui l'Ægishjálmur, talisman du Dieu Odin.

Il fut retrouvé sur certaines tombes de Maure. Bien que considéré comme Haram, il était plutôt pris comme ornement décoratif pour les peuples musulmans et chrétiens méditerranéens.

Profondément ancré au coeur de la tradition viking et de sa culture, ce cercle à huit bras (rappelant la forme du Vegsivir, symbolise la force et l'invincibilité) était couramment échangé, particulièrement entre guerriers, contre divers biens.

Protecteur des guerriers, l’Ægishjálmur conserve aujourd'hui encore une dimension quelque peu mystérieuse, au travers de ses nombreuses représentations !

Le peuple viking n'était donc pas qu’un peuple de pillards sanguinaires et a en réalité largement aidé à populariser le commerce de biens et la culture méditerranéenne à travers l’Europe du Nord.

Loin d'être réfractaires aux cultures des autres peuples, ils ont su influencer une partie de la culture méditerranéenne tout en prenant eux-mêmes certaines parties de ces cultures et croyances afin de favoriser les échanges commerciaux avec ce Nouveau Monde.

Articles Récents

Laissez un commentaire

Ce blog est modéré